À propos de l’ACM

La Mission de l’Association canadienne des musicothérapeutes est de créer des musicothérapeutes certifiés compétents et de favoriser la sensibilisation de services professionnels en musicothérapie, partout au Canada.

Organisation

Le conseil d'administration de l'ACM se compose de 5-10 membres MTA élus par l'ensemble des membres pour un mandat de deux années. Le comité exécutif de 3-4 personnes est désigné parmi ces membres du conseil. Les présidents peuvent continuer à nous représenter lors de congrès et de conférences nationales et internationales, en plus d'exécuter leurs fonctions exécutives.

Histoire de l'association

“La fondation d’une association nationale de professionnels en musicothérapie a pris près de vingt ans de persévérance constante «alliée à une "grande patience"»” - IVY 1983
Au milieu des années 1950
Les thérapeutes en musique travaillaient indépendamment au Canada. Parmi eux se trouvaient Fran Herman, de Toronto, Ontario, Norma Sharpe, de St Thomas, Ontario et Thérèse Pageau, de Montréal, Québec.
En 1960
Norma Sharpe a mené un sondage sur la musique dans les hôpitaux canadiens. Elle découvre que plusieurs hôpitaux utilisent la musique et des activités musicales de formes variées et que plusieurs membres du personnel possèdent une formation ou des antécédents en musique. Cependant, seulement 3 de ces 49 individus sont des musicothérapeutes accrédités. Ce sondage a servi de balises aux musicothérapeutes et il a augmenté la conscience générale sur la musicothérapie en milieux hospitaliers et institutionnels.
Dans les années 1970
Norma Sharpe avait un contact régulier auprès de 300 individus et organismes canadiens qui partageaient un intérêt pour la musicothérapie. Au mois d’août 1974, elle préside le premier congrès sur la musicothérapie au St Thomas Psychiatric Hospital, en Ontario. Soixante-trois personnes assistent à ce congrès qui a pour thème : « Musicothérapie : Une idée qui tombe à point ». L’enthousiasme pour la musicothérapie et la croyance dans la valeur du travail effectué dans ce domaine ont donné à ces congressistes une force et une vision pour ainsi établir les bases de la musicothérapie comme élément valable pour la santé au Canada.
Au milieu des années1970
Selon Sharpe (1977), un premier congrès a été organisé pour unifier le personnel qui travaillait en musicothérapie au Canada. Ce congrès avait pour but que chacun prenne conscience de l’existence de l’autre ainsi que pour partager les techniques et les programmes ainsi que pour reconnaître l’efficacité de la réadaptation.

Les congrès subséquents ont eu lieu en mai 1975, à la Université du Manitoba à Winnipeg, et en mai 1976 à la Université de Western-Ontario, à London, Ontario. C’est à l’occasion de ces congrès que notre association nationale de musicothérapie, alors nommée association de musicothérapie canadienne, a été fondée.
Dès 1976-77
Le titre de l’Association a été amendé en 1976 pour l’Association de musicothérapie du Canada et, le 6 mai 1977, l’AMC a été incorporée; les objectifs sont stipulés comme suit :
Promouvoir l’utilisation et le développement de la musicothérapie pour le traitement, l’éducation, la formation et la réadaptation d’enfants et d’adultes atteints de handicaps émotionnels, physiques ou mentaux au moyen des outils suivants :
  • Établir, maintenir et améliorer les normes d’interventions et de services en musicothérapie ;
  • Établir, maintenir et améliorer les normes en éducation et en formation en musicothérapie ;
  • Encourager, développer et promouvoir la recherche en musicothérapie ;
  • Encourager, développer et promouvoir une banque de littérature reliée à la musicothérapie ;
  • Élargir le champ de la pratique de la musicothérapie en étendant ses activités et sa qualité dans les milieux cliniques, éducationnels et les communautés au Canada.
Servir à titre d’agence organisationnelle pour ses membres :
  • Offrir des possibilités d’échanges d’idées, de mentorat, de renseignements, d’expériences professionnelles en musicothérapie ;
  • Offrir un centre de renseignements sur les aspects reliés à la musicothérapie ;
  • Représenter les intérêts des musicothérapeutes sur des questions reliées aux lois gouvernementales, aux emplois et aux échelles salariales ;
  • Encourager et aider les individus ou les institutions à se préparer, se qualifier ainsi qu’à s’établir à titre de cliniciens en musicothérapie ;
  • Encourager et aider les institutions éducationnelles à développer et établir des programmes de formation en musicothérapie.

Vous souhaitez devenir Ami de la musicothérapie?

Découvrez commentarrow